L?Arapaïma ou pirarucu

L'ARAPAÏMA ou PIRARUCU*

                                        (arapaïma gigas) de la famille des osteoglossidés.

Le plus grand poisson à écailles d?eau douce de la planète. Etrange animal d?un autre âge. Peut atteindre 250 à 300 kilos, pour une longueur avoisinant les trois mètres cinquante? Et ce monstre, puisqu?il s?agit bien d?un monstre, mord très bien à la mouche, qu?il inhale d?une distance de plusieurs dizaines de centimètres avec sa gigantesque gueule-aspirateur. Où trouve-t-on le pirarucu? Un peu partout en Amazonie, mais moins qu'on ne  le souhaiterait, c'est certain. La qualité de sa chair et la  relative facilité de sa capture sont responsable de sa quasi-disparition il y a quelques décennies. Il faut savoir que l'une des caractéristiques remarquables de notre grand poisson est de venir respirer à la surface à intervalles réguliers à la manière du tarpon. Or une fois repéré, il suffit d'attendre la prochaine émergence de notre animal, presque toujours au même endroit, et de le harponer dès qu'il apparaît. Objet d'un commerce à grande échelle, les filets de pirarucu étaient salés et conditionnés comme du cabillaud et  même expédiés jusqu'en Europe où ils étaient  souvent consommés sous l'appellation de morue sèchée, le fameux" bacalhau" du portugais colonisateur du Brésil. Peut-être vos arrière-grands parents ont-ils mangé de l'arapaïma salé sans le savoir... Mais on a su réagir: des réserves où notre géant coule des jours paisibles ont vu le jour en divers endroits d'Amazonie.  Il aurait même été introduit en dehors de l'Amazonie, notamment en Thailande. De plus, son élevage en pisciculture est relativement facile: peu exigeant en oxygène et extrêmement éclectique quant à son alimentation, il suffit d'avoir l'espace et la nourriture en quantité pourvu qu'elle soit riche en protéines animales.

  arapaïma en train de rouler ( respirer à la surface)

Le matériel:

 Inutile de préciser que le matériel utilisé doit être du genre costaud, car question bagarre, on peut parler de brutalité primaire, même si l?animal est assez vite essoufflé. Donc, matériel à gros tarpon oblige: canne n° 12, ligne flottante ou intermédiaire correspondante, moulinet doté d'un  frein à disque efficace contenant une bonne longueur de backing, et mouches de taille conséquente ou popper, car  notre animal ne dédaigne pas  ce type de leurre. Bas de ligne équipé d'un shock-tippet de 80 à 100 Lbs, car à l'instar du tarpon, la gueule du pirarucu est également abrasive comme du "béton brut de décoffrage"  (aurait dit Pierre Affre) sans oublier ses  écailles grandes comme des soucoupes à café, utilisées par les amérindiennes comme limes à ongle...

La technique:

La pêche consiste à lancer sur tous les postes supposés sur les bordures, et surtout sur tous les poissons que vous aurez repérés lorsque vous les  verrez " respirer à la surface". la récupération de la mouche ne doit pas nécessairement être rapide. Attendez-vous à connaître des combats homériques... et surtout ne pensez pas  fatiguer l'arapaïma en lui sortant la tête de l'eau. Cela aurait pour pour effet  de lui  permettre de régénérer ses muscles en inhalant des goulées d'oxygène atmosphérique à l'instar du tarpon et de se transformer ainsi en monstre d'endurance. Au contraire essayez à tout prix de l'empêcher de monter à la surface, quitte à enfoncer la pointe de la canne sous l'eau. Nous avons vécu cette mésaventure à nos dépens. Et un combat qui devrait initialement durer une demi-heure peut s'éterniser, et même devenir un supplice tant pour le poisson que pour...le pêcheur.

 combat avec un géant 

Les mouches:

A peu près toutes les mouches sont relativement bien acceptées, à condition qu?elles soient corpulentes et l?hameçon particulièrement affuté ( La gueule du pirarucu est extrêmement dure. Osteoglossidé signifie étymologiquement, à juste titre : langue osseuse.): gros streamers ( hameçon n° 5/0), ne lésinez pas sur la longueur, le pirarucu étant un poisson qui aspire littéralement ses proies. Il est donc parfaitement inutile de monter des mouches en tandem. Privilégiez le volume et montez des modèles déplaçant beaucoup  d'eau, du style  des" whistler" utilisés pour la pêche du tarpon dans les eaux teintées des rivières d'Amérique centrale. Une "rattle box", la fameuse boite à bille incluse actuellement dans la majorité des leurres à lancer tropicaux, est incontestablement un plus, susceptible de déclencher des attaques dans les eaux pas toujours très claires des secteurs à arapaïma où le facteur auditif supplante souvent le facteur visuel. N'hésitez pas à équiper vos créations de ce gadget. Les tube-flies peuvent également s'avérer efficaces, car ce type de montage permet de réaliser des mouches gigantesques, sans qu'il ne soit pour autant nécessaire d'utiliser un hameçon à marlin. Nous avons obtenu d'excellents résultats avec des tubes conçus et utilisés avec succès sur les capitaines du lac Nasser en Egypte. Les montages du style Enrico Puglisi, évoquant parfaitement la forme discoïdale des proies coutumières de l'arapaïma, comme les piranhas, et autres characidés plus ou moins apparentés aux pacous, peuvent s'avérer également d'une redoutable efficacité.    

* pirarucu ( pira urucum) signifie globalement en langue amérindienne Tupi : poisson rouge. Pira = poisson . Urucum désigne une petite baie à la pulpe rouge, dont certaines tribus d?Amazonie s?enduisent le corps ( ref. les Roucouyennes de Guyane Française ou Wayanas) pour se protéger du soleil et pour des raisons esthétiques également.. En effet, la région caudale de l'arapaïma présente une superbe livrée  dégradée  qui va du fuschia au pourpre. Cette caractéristique est nettement plus marquée chez le mâle que chez la femelle.

[ Retour au sommaire des espèces ]


 

Page lue en 0,0175 seconde (5/0)