Les coins de pêche

Lorsqu'on pense pêche en Amazonie, il nous vient immédiatement à l'esprit l'image d'une rivière aux eaux turbides serpentant lentement au coeur d'une jungle impénétrable.  Mais il faut savoir qu' à l'opposé de ce sempiternel cliché, existent également des eaux claires et limpides, des rapides, des radiers, des grands pools  courant sur fond de rocaille qui, ne seraient-ce quelques éléments floristiques tropicaux, présenteraient des caractéristiques en  tous points semblables à  celles de certains  cours d'eau à salmonidés d’Europe ou d'Amérique du Nord. D'autres fleuves et rivières quant à eux, tracent leur lit au milieu de vastes savanes  ou encore de prairies et marécages herbeux à l'indéniable apparence de pâturages normands. A tout cela, faut-il ajouter la myriade de lacs naturels, subsides de la forêt inondée en saison des pluies, ou barrages hydroélectriques aux proportions pharaoniques, sans oublier les zones littorales de mangroves qui sont aussi de véritables jungles abritant des espèces marines et d'eau saumâtre qui restent des clients de premier choix pour les moucheurs.

Les courants du Rio Xingu(Brésil)

S'il y a une certaine communauté d'espèces dans tous ces cours d'eau, il existe bien sur de nombreuses spécificités qui exigent des techniques bien particulières, mais pas aussi différentes qu'on pourrait l'imaginer de celles que nous utilisons traditionnellement dans nos pays tempérés et qui ne sont en fait rien moins que des adaptations circonstancielles aux éléments et à nos adversaires potentiels

                                                     poste à gros peacock-bass

Généralement, les eaux qui vont retenir notre attention  seront claires et parfois même limpides, condition sine qua non d'une pratique efficace des pêches au leurres et particulièrement à la mouche où le facteur visuel est fondamental.  Ce n'est certes pas sur le Rio Solimoes *, ou d'autres géants comme le  Madeira, qui roulent des eaux limoneuses que nous allons opérer, mais sur leurs affluents d'eau claire que sont  pour  en citer quelques uns parmi les plus connus, les rios Xingu, Araguaia, Tapajos aux eaux transparentes, ou encore les rios Negro,  Uatuma, Trombetas, Jari, dont les eaux acides dévalant du plateau des Guyanes sont extrêmement limpides malgré une couleur de coca très prononcée. 

vue aérienne d'une lagune côtière ( lagune Caiman Mori .Mana Guyane française )  

En fonction des topographies traversées, nous opèrerons tantôt en barque lorsque nous serons sur des zones planes  où la végétation rivulaire est dense, tantôt à pied, voire même en wading lorsque nous serons sur des zones de relief, où la flore est souvent plus clairsemée et où des émergences de rochers  et de bancs de sable constituent autant d'ilots et de postes potentiels, d'où nous pourrons expédier nos mouches.


                                           pêche à la mouche sur le rio Xingu

* Nom de l'Amazone en amont de son confluent avec le Rio Negro à Manaus.


 

Page lue en 0,0630 seconde (5/0)